Pourquoi les enfants font ils souvent des crises à 18h ?

Ce midi, je rentrais d’un atelier avec des professionnelles de crèches où nous avons parlé d’écoute des enfants et de leurs besoins… notamment le besoin de manger. En structure, le moment du repas est souvent un moment de plaisir, où les papilles entrent en actions, les enfants s’autonomisent, la couleur est au rendez-vous… les professionnelles innovent de plus en plus pour permettre aux enfants de s’alimenter en respectant leurs besoins. Nous avons abordé le fait que, bien souvent, les enfants connaissent plus de crises et de moments difficiles (conflits, disputes…) juste avant les repas…

Non ? Chez vous, non ? Ca ne se passe pas comme ça ? A 11h50, ou à 18h30 ? Des heures parfois difficiles, n’est-ce pas ?

mybrothers  1130

Eh bien mon petit garçon avait justement décidé de me mettre au banc d’essai juste en rentrant !

Pendant que je préparais à manger, il s’adonnait à son activité préférée : bricoler. Il adore ça, il construit souvent des choses en bois, il cloue, il visse… Il était en train d’imaginer transformer le petit charriot en bois que nous avons construit ensemble, afin de pouvoir l’utiliser pour transporter des choses plus grosses. Problème : nous n’avions pas les pièces de bois adaptées à la maison. Je le vois donc débarquer dans la cuisine, me demandant de scier une pièce dans toute sa longueur, chose impossible et dangereuse avec le matériel dont je dispose (seulement une scie pour tout dire ! Je suis une bricoleuse du dimanche !). Je refuse, par manque de temps et aussi parce que je sais que c’est voué à l’échec, en lui expliquant pourquoi. Première crise de larmes…. « Mais si ! Tu dois le faire ! ». J’écoute sa frustration, je mets des mots dessus … Nouveaux cris, pleurs… pendant un petit moment, il essaie de me forcer à faire ce que je n’ai pas du tout envie, il tempête. J’essaie de lui proposer d’autres solutions, comme aller acheter les pièces adaptées plus tard. Peine perdue ! Il commence à partir en vrille, il finit par jeter des choses dans la pièce par colère.

D’un seul coup, je prends un peu de recul… il est 12h20, il n’a pas encore mangé… et qu’est-ce que je disais déjà ce matin ?

Je l’ai donc vivement invité à venir manger illico presto (vive les carottes en bâtonnets et les morceaux de pommes), et …. En 3 minutes, le calme est revenu immédiatement, et j’ai retrouvé mon petit garçon dans son état normal, et le repas s’est passé dans une très bonne ambiance. Et surtout, il n’a plus parlé du tout de ce projet de bricolage après !

Que s’est-il passé ?

Le fait d’avoir faim a probablement mis son cerveau en état de stress, qui l’a rendu incapable de gérer une petite frustration. Et après, ça s’emballe et ça tourne dans le vide. Quand notre corps est en stress, nous affrontons beaucoup plus difficilement les petits stress de la vie quotidienne qu’en temps normal. Et comme le disait une participante ce matin… cela existe aussi chez les adultes ! Alors, chez un enfant, inutile d’attendre qu’il puisse se gérer tout seul en cas de faim intense.

Les besoins physiologiques, nous y faisons attention quand nos enfants sont petits…. Et après nous avons tendance à considérer qu’ils sont grands, et qu’ils peuvent bien attendre l’heure du repas. Ou de la récré. C’est vrai, c’est important de manger tous ensemble, c’est un moment agréable, de partage. Parfois, le repas se passe malgré tout mal parce que les enfants ont trop attendu, ils ont faim, ils dérapent, nous sommes énervés du coup (nous avons faim nous aussi !), cela génère des conflits…

Qui déteignent sur toute la famille.

On peut voir chaque personne comme possédant un réservoir affectif à l’intérieur d’elle même : satisfaire nos besoins remplit notre réservoir affectif, et nous permet de mieux gérer n’importe quelle frustration ou petit désagrément. Par contre, quand nos besoins ne sont pas satisfaits, notre réservoir se vide... et là, c’est beaucoup plus difficile d’encaisser la moindre chose désagréable. Et attention : on parle ici bien de besoins (et non de désirs), les besoins doivent être satisfaits pour que nous fonctionnions bien. Vouloir manger une barre de chocolat est une stratégie pour remplir un besoin, pas un besoin en soi. Il existe de nombreuses stratégies pour un même besoin.

Le plus simple est bien souvent de combler les besoins physiologiques des enfants au moment où ils se présentent. En matière d’alimentation, cela consiste à donner aux enfants à manger quand ils ont faim. Et cela ne veut pas dire forcément des gâteaux ou des barres chocolatées : des aliments sains font très bien l’affaire. Et pourquoi s’inquiéter s’ils mangent peu après au repas, s’ils ont déjà mangé un légume cru, un fruit, une compote sans sucre ajouté, des oléagineux …? Ils auront eu leur quota de vitamines, de nutriments.

À vous de donner les aliments qui vous semblent adaptés à leur santé, selon vos habitudes alimentaires. Par ailleurs, des enfants habitués à manger à leur faim et selon leurs sensations et envies alimentaires mangent la plupart du temps leur plat de viande ou de poisson, s’ils en ressentent le besoin physiologique, même s’ils ont déjà mangé un fruit. Parfois, c’est vrai, ils n’en mangeront pas, tout simplement parce qu’ils n’en ont pas besoin  aujourd’hui. Cela change de jour en jour, les enfants font souvent des monodiètes pendant quelques temps, puis changent. Le corps est une machine merveilleuse qui nous oriente naturellement vers les aliments dont il a besoin pour se construire. Nous pouvons faire confiance aux enfants, ils sentent très bien leurs besoins alimentaires. Lorsque ce n’est pas le cas c’est souvent qu’un conflit récurrent existe autour de l’alimentation.

baby-84686_640

De nombreux parents mettent à disposition en permanence ou dans les moments critiques des morceaux de fruits, de crudités, des amandes, des noix, des noisettes (s’il n’y a pas de petits biensûr) en accès libre sur des tables basses par exemple. Les enfants viennent se servir quand ils en ressentent le besoin, ils apprennent ainsi à sentir et respecter leurs besoins alimentaires, qui ne sont finalement que des demandes du corps pour pouvoir bien se construire. Françoise Dolto disait qu’un petit enfant de 3 ans devrait manger toutes les 2 heures… quel décalage avec nos habitudes et notre culture alimentaires !

Vous allez m’accuser d’encourager le grignotage et l’obésité (si si, je vous vois venir). Et je vous répondrai que les spécialistes du surpoids alimentaire savent très bien que les personnes se suralimentent souvent car elles ne sentent plus très bien si elles ont faim ou juste envie de manger (pour d’autres raisons, émotionnelles bien souvent), et surtout elles ne savent plus sentir si elles sont à satiété. Tout l’enjeu est alors de renouer contact avec ses sensations corporelles autour de la faim. Chose que les enfants possèdent tout naturellement à leur arrivée sur Terre… ! Naturellement, les enfants s’arrêtent quand ils n’ont plus besoin de manger. À conditions que les aliments à disposition ne soient pas addictifs (chips, aliments fort sucrés ou riches en farine blanche, aliments contenant des additifs). Et qu’on les ait laissé s’arrêter de manger lorsqu’ils n’ont plus faim, même si leur biberon ou assiette n’est pas vide, afin qu’ils sachent reconnaître leurs sensations de satiété.

D’autres parents trouvent sinon avantage à avancer l’heure du repas (dans de nombreux autres pays, on mange le soir à 18h voire 17h30), et à passer par exemple le temps du bain / de devoirs après le repas, pour éviter que cela soit un moment tendu. Les enfants sont beaucoup plus disponibles pour les apprentissages, s’ils ont pu satisfaire leurs besoins au préalable : manger, boire, jouer, avoir du contact et de l’attention, pour n’en citer que quelques-uns.

Quand votre enfant semble partir en dérapage incontrôlé, en crise, la première question que vous pouvez vous poser est donc : ses besoins physiologiques sont-ils suffisamment satisfaits ? Comment puis-je l’aider à prendre soin de ses besoins ? A-t-il besoin de dormir, de boire, d’enlever un pull, de manger ?

Et vous, comment se passent les soirée et les repas chez vous ?

PS : les besoins physiologiques, c’est l’un des thèmes de l’atelier Vivre et Grandir Ensemble… si l’alimentation (ou le sommeil, ou la continence…) est quelquechose qui est compliqué chez vous, il peut être intéressant de le travaille en atelier.

Publicités
Cet article a été publié dans Uncategorized. Ajoutez ce permalien à vos favoris.

8 commentaires pour Pourquoi les enfants font ils souvent des crises à 18h ?

  1. Renata dit :

    Bonjour et merci pour cet article. J’ai une fille de 2 ans et j’ai pu constater que souvent elle devient « difficile » quand elle a faim et aussi quand elle a soif. L’autre jour il faisait chaud et nous sommes allée au parc. Elle s’est bien amusée mais n’a pas voulu boire l’eau que j’ai proposé. En arrivant à la maison à 18h elle s’est mise à faire des crises, à me solliciter et à pleurer beaucoup. J’ai à nouveau proposé de l’eau, elle n’a pas voulu, j’ai proposé des carottes et elle a refusée puis j’ai proposé du sirop de fraise et elle a accepter sans hésiter. Dès qu’elle a fini de boire (elle a bien bu), elle est redevenue calme et s’est mise à jouer. Parfois on se mets la pression pour ne pas donner ceci ou cela (trop sucré, pas équilibré, coloré…) alors que le plus important est souvent de combler un besoin important à un moment donné, dans mon cas en occurrence le besoin de boire. Le sirop a été bcp plus intéressant pour elle que de l’eau et ça nous a bien soulagé en attendant que le repas soit prêt.

    • Bonjour,
      merci pour votre exemple très parlant !
      Effectivement la soif est aussi source de difficultés pour les enfants, tous les besoins physiologiques en fait.
      Les enfants souvent ne parviennent pas d’eux même à identifier leur besoin et peuvent avoir besoin d’aide pour cela.

  2. SANDRINE dit :

    Tout à fait d’accord avec le contenu de votre article. Mais malheureusement, ce n’est pas toujours aussi simple : si j’écoutais mon fils de trois ans et demi, c’est systématiquement des biscuits et du chocolat qu’il mangerait lorsque se manifeste sa faim et non des morceaux de fruits, des crudités etc…

    • D’où l’importance d’écouter les vrais besoins derrière les demandes 🙂
      Peut être a t il constaté par exemple que le sucre l’apaisait, du coup il en demande quand il sent qu’il a besoin de s’apaiser. Dans cet exemple, le besoin c’est de trouver une source d’apaisement, pas de manger du chocolat…
      Le sucre a aussi tendance à être addictif… certains enfants régulent très bien leur demande, d’autres moins. Tout dépend aussi de nos propres habitudes, de si on les limite en quantité à chaque fois qu’on leur en donne (cela créée de toute pièce un attrait bien souvent)…

  3. Bonjour :) dit :

    Il me parait contradictoire de dire que les enfants n »arrivent pas à identifier leur besoin (entre avoir besoin de boire ou de manger il y a un monde) mais sont tout de même capable de déterminer précisément de quel aliment ils ont besoin. Qu’en pensez-vous ?

    • En fait, je me suis mal exprimée dans le commentaire ci-dessous : souvent, ils sont trop occupés à jouer pour sentir leurs besoins, par contre, si on arrive à les recentrer sur leur corps, ils sentent très bien. C’est d’autant plus vrai s’ils sont en crise émotionnelle, par exemple, où ils sont juste envahis de choses difficiles et qu’ils n’arrivent plus à comprendre ce qu’il se passe pour eux. En revanche, en général, quand ils se sentent bien, ils sentent la faim ou la soif sans problème, et choisissent leurs aliments en fonction de ce dont ils ont besoin.

  4. Ping : La face cachée de la Maman Bienveillante #2 : Mange tes légumes, épisode 1 | Clémentine la Mandarine

  5. Ping : Mon enfant ne mange pas…. | Fami'Lien – Education Positive et Créative

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s