L’épineuse question du rangement : Konmari à la rescousse des parents ;-)

C’est une question récurrente en tant que parent…. les enfants dérangent, mélangent, et oublient facilement de ranger leurs affaires. A moins que vous ayiez un troizans dans sa période sensible de classification, c’est souvent un casse-tête pour garder une maison en ordre sans s’énerver. Comment faire pour trouver un compromis avec les enfants et leur permettre de s’autonomiser sur le rangement ?

4900963734_d84f29e11c_b

Je fais partie des parents pour lesquels ça n’était pas du tout une question évidente. Enfant, j’ai surtout le souvenir de hurlements et de cris autour du rangement, de reproches, de critiques… C’était une obligation de ranger quand l’adulte le désirait, d’un seul coup, un ordre, ça ne se discutait pas. Et souvent je ne le faisais pas, ou pas assez bien, trop prise dans mes jeux, et surtout parce que je ne voyais pas du tout l’intérêt. Je me souviens avoir dit à ma mère : Pourquoi veux tu donc que je fasse mon lit , ça ne sert à rien puisque je le défais tous les soirs ! … Elle n’avait pas su quoi répondre, mis à part C’est comme ça. En général, ma mère finissait par ranger à ma place en râlant. A force, je me suis considérée comme nulle et incompétente à ce sujet, bien que j’aime l’ordre comme tout le monde. Je me suis étiquetée « Bordélique« , j’en souffrais mais j’étais convaincue que je ne savais pas faire autrement. Aussi pendant longtemps, devenue maman, cette question est restée un peu en friche, parce que je ne voulais pas reproduire cela. Et en même temps, je ne savais pas comment faire pour faire ranger mon fils, qui biensur refusait systématiquement de s’y mettre. Oui, pendant longtemps, je lui demandais de ranger, je m’y mettais avec lui et je me retrouvais à faire à sa place….

Mais à quoi ça sert de ranger ?

L’ordre est un besoin

20170908_163919

Tiré du très beau jeu de cartes « l’expression des besoins » : le besoin d’ordre

Ce n’est peut être pas évident pour tout le monde, mais l’ordre est un besoin, au même titre que les autres besoins, qu’ils soient physiologiques, affectifs. Pour s’y retrouver dans nos affaires, pour y voir plus clair, pour pouvoir circuler, nous avons besoin d’ordre. Cela veut dire aussi que ce besoin n’est pas forcément prioritaire sur les autres besoins, mais qu’il existe, et qu’il peut se manifester à des moments différents selon les personnes. Certaines personnes ressentent très peu ce besoin, d’autres beaucoup plus souvent. Il n’y a pas de mieux ou moins bien, chacun est différent ! Mais ça se complique quand on vit ensemble, à plusieurs.

Pour les enfants, cela prend du temps pour apprendre que l’ordre est un besoin, pour expérimenter que quand nos affaires sont rangées, nous nous sentons mieux que dans le désordre. Il est utile d’apprendre à son enfant à prendre conscience de son besoin d’ordre. C’est beaucoup plus facile de coopérer quand on a déjà ressenti le même besoin soi même.

Mais alors comment leur apprendre à ranger ?

Poser des questions et aider à se représenter l’espace !

Un point très important que j’ai appris de Marie Kondo (qui n’a pas d’enfants, mais j’ai adapté librement sa méthode au rangement avec les enfants) : il est important que l’enfant décide par lui même de l’endroit où chaque type d’objet se rangera. Dès qu’il est capable de parler, on peut l’aider à décider : on prend chaque objet dans la main, et on lui demande : Ou vas tu ranger cette voiture ? Il proposera peut être des endroits farfelus, ou pas du tout pratiques. N’oubliez pas, il est petit et n’arrive pas à anticiper les problèmes, c’est normal. C’est votre rôle de l’aider à en prendre conscience. Si tu le ranges sur ton clavier de piano, tu ne pourras plus te servir de celui-ci. Ou pourrais-tu le mettre pour qu’il ne t’empêche pas de jouer ? A cet endroit, on risque de marcher dessus quand on va à l’armoire. Sur cette étagère, oui, ça m’a l’air ok. Alors on le rangera toujours là dès qu’on aura fini de jouer avec. C’est l’étagère des motos. Et on range tous les objets du même type au même endroit.

Ou vas tu mettre tes crayons ? Avec quoi en as tu besoin quand tu dessines ? C’est notre rôle de le faire réfléchir en posant des questions, essayez, c’est bien plus efficace ! Ranger les objets selon les moments d’utilisation, avec les objets qui sont utilisés en même temps, permet de gagner du temps. C’est évident pour vous peut être, mais pas pour eux ! En posant des question, nous faisons travailler son cortex, et lui permettons de créer de nouvelles connexions, et apprendre à anticiper et réfléchir avant d’agir.

wash_flea_market_figures_collect_collector_collectibles_souvenir_wood-1052953.jpg!d

Il est très utile de réunir tous les objets de la même catégorie ensemble (par exemple, les livres, les CD, les poupées, les voitures…), par piles par exemple. Et ensuite, demander à l’enfant où il les rangera toujours.

Trier les jouets et livres

Un des problèmes majeurs du rangement, c’est le fait d’avoir trop d’objets. Il peut être utile d’apprendre à nos enfants à faire du tri dans leurs affaires, pour ne pas être encombré. Certains parents font tourner les jouets, une partie dans le garage, une partie dans la chambre, et ensuite on change régulièrement.

Quand on prend un objet en main pour se demander où le ranger, on peut aussi poser à  notre enfant la question : Veux tu garder ce jouet ? As tu du plaisir à le voir dans ta chambre, t’est-il utile ? Ou bien préfères tu le donner, ou le vendre? Cela permet de faire du tri régulièrement. Oui, certains jouets sont des cadeaux. Mais ils ont déjà rempli leur fonction : faire plaisir, au moment où ils ont été offerts. Si l’enfant ne joue pas avec, le garder ne fait qu’ajouter du bazar dans sa chambre.

Ranger de façon visible

Les enfants ont souvent besoin de voir leurs jouets pour penser à y jouer. Aussi, ils n’aiment pas ranger quand les objets disparaissent de leur vue, car pour eux, ils n’existent plus. Les bacs à jouets à tiroirs ouverts au dessus sont plus appropriés car ils permettent d’avoir les jeux sous les yeux. Souvent, de petites étiquettes avec des images pour les plus petits, sur les tiroirs ou portes des meubles, les aident à visualiser ce que contient l’armoire. C’est parfois pour cela qu’ils n’aiment pas ranger, parce que du coup c’est comme s’ils perdaient leurs affaires.

key_open_castle_close_close_up_heart_love_chest-614730.jpg!d

Apprendre à son enfant à ranger: une processus progressif.

Tout petits, nous rangeons et ils nous aident. Puis, progressivement, nous pouvons leur laisser la main : notre présence reste indispensable, pour qu’ils gardent une attention suffisante, mais c’est eux qui agissent, nous les rendons acteurs en les questionnant. Puis, selon les enfants, vers 8-10 ans, ils deviennent capables de ranger seuls avec des rappels de notre part réguliers. Enfin, ados, ils deviennent capables de se débrouiller, et surtout, ils n’ont pas envie qu’on touche à leurs affaires. Mais c’est parfois une autre histoire dans les espaces communs. Ils n’anticipent pas forcément bien, pas encore comme un adulte, alors les questions sont toujours bienvenues, et il faudra parfois réaffirmer son besoin d’ordre très clairement. A noter que si nous n’avons pas appris à nos enfants à ranger, il peut être nécessaire de ranger avec eux au début comme s’ils étaient plus petits : c’est un apprentissage comme un autre, il n’y a pas d’âge pour démarrer, et cela prend du temps.

Respecter l’intimité

Plus nos enfants grandissent, plus nous devons apprendre à respecter leur intimité et leurs secrets. Leur chambre, c’est leur espace, d’ailleurs ils vous le feront savoir quand ils en auront besoin. Nous pouvons les aider à en prendre soin, et aussi avoir un droit de regard car nous faisons le ménage, rangeons les habits, etc. Plus ils grandissent, plus ils peuvent s’en charger eux mêmes. Oui je sais, c’est tentant de le faire soi même… pour garder notre utilité de parent. Néanmoins, leur transférer ces tâches à l’adolescence leur permettra d’avoir un espace à eux, une vraie intimité. Vérifions que nous leur avons bien appris à ranger et prendre soin de leurs affaires (donc qu’ils ont bien cette compétence déjà acquise), et laissons les faire leurs propres expériences. Avec des ratés, c’est certain, mais si nous les soutenons sans moraliser et sans venir jouer les sauveurs, ils en apprendront des choses qui leur seront utiles pour leur vie d’adulte.

lego-568039_1280

Créer des règles ensemble

Pourquoi ne pas décider ensemble des règles pour le rangement ? Certaines familles instaurent des jours de rangement hebdomadaire (le samedi matin par exemple), pour d’autres, on range dès qu’on a fini d’utiliser quelquechose… il n’y a pas de règle fixe, à chaque famille de trouver ce qui lui convient le mieux. On peut organiser un temps de parole commun pour exprimer les besoins de chacun en la matière, et proposer des règles pour que chacun se sente respecté. Et noter et afficher dans une pièce commune au vu de tous ces règles qui devront être respectées par tous (oui ! vous aussi ! 🙂 ). Soyez à l’écoute de leurs récriminations autant que de leurs propositions, avec empathie. Ils en auront surement des choses à dire, parfois ils peuvent avoir de la colère. Écouter et identifier le besoin derrière permet de trouver des solutions efficaces et convenant à tous. Et il est important que les parents s’affirment dans ce processus: si il est non négociable pour vous que les vêtements de vos ados trainent au milieu du salon dès leur retour de l’école, réaffirmez-le, tout en écoutant leurs propres besoins. Activez des solutions gagnant- gagnant et votre créativité ensemble, pour respecter leur besoin de liberté et de repos, tout en respectant les vôtres : paniers ou patères dans l’entrée, temps de rangement avant le repas, etc. Chaque famille inventera ses solutions car à plusieurs nous sommes beaucoup plus forts et créatifs, et pourra réitérer le processus à chaque fois que quelqu’un en ressentira le besoin, car chacun change et les besoins évoluent.

Pour les parents de tout petits, créez des règles adaptées à vos besoins et aux besoins des enfants que vous identifiez, notamment d’attention et de proximité du parent: un tout petit a besoin de jouer à proximité de son parent. Il est illusoire de croire qu’il pourra jouer seul dans sa chambre. Et rappelez-leur régulièrement les règles en les faisant réfléchir : Que fait on quand on a fini de jouer ?  Ou se range cette poupée ? Où se range cette balle ? Il est normal de répéter, ça fait partie du processus d’apprentissage, et en la matière, apprendre à ranger prend beaucoup d’années.

Et vous, comment prenez-vous soin de votre besoin d’ordre vous-même ?

 

Publicités
Cet article a été publié dans Uncategorized. Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s